En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Ces derniers sont nécessaires au bon fonctionnement du site En savoir plus

J'ai compris

Pour faciliter les analyses des situations de travail des salariés, l’OETH met désormais à la disposition des animateurs prévention, ergonomes ou acteurs/formateurs PRAP une trame de compte-rendu, claire et méthodique. De la description du travail effectué à la mise en place d’actions concrètes, en passant par la caractérisation des risques encourus, ce document retrace chaque étape de l’étude de poste. Celle-ci pouvant être prise en charge par l’OETH après analyse, à la demande de l’employeur, à hauteur de 250 euros.

Thierry Paniz, référent national des formateurs prévention PRAP 2S à la Croix-Rouge, a participé à l’élaboration de ce document de travail. Il nous en explique les ressorts.

Comment est né ce modèle d’analyse des situations de travail ?

Dans le cadre des formations suivies pour devenir formateurs d’acteurs préventeurs PRAP, les instituts de formation, tels que l’INRS, remettent aux salariés des documents pour les aider à conduire les épreuves certifiantes. Ils leur donnent ainsi des pistes pour observer la situation de travail et l’analyser. Cependant, ces modèles d’évaluation ne sont pas toujours très simples à utiliser et personne ne fait la même chose. Nous avons donc souhaité, avec les membres de l’OETH, donner davantage de lisibilité au processus d’analyse des situations de travail et permettre aux acteurs de la prévention de travailler sur un document unique.

Comment se présente ce document ?

Le modèle est composé de plusieurs tableaux, qui abordent chacun un sujet spécifique : le salarié, les tâches prescrites et effectuées, les matériels utilisés, le milieu dans lequel le travail est réalisé etc… jusqu’à arriver au tableau d’analyse. Il faut à chaque fois bien faire la différence entre le travail prescrit, autrement dit ce qui est demandé au salarié, et le travail réel, c’est-à-dire ce qu’il fait concrètement. En effet, les personnes effectuent souvent plus de tâches que ce que leur poste requiert et cette situation favorise les troubles musculo-squelettiques. Une fois que le salarié m’a décrit tout ce qu’il faisait et que j’ai pu observer comment il le faisait, je peux commencer à entrevoir les risques engendrées par ses actions et proposer des pistes d’amélioration. Toutes ces étapes d’analyse sont détaillées dans le document.

En quoi cette méthode de travail vous semble intéressante ?

Ce document d’analyse implique d’être à l’écoute des salariés, de leurs problèmes, de leurs besoins et c’est bien là la base du travail de prévention. Il nécessite par ailleurs d’observer sur le terrain comment les personnes travaillent. A partir de là, des solutions qui parfois ne coûtent rien pourront être trouvées tout de suite et permettront de soulager les salariés. Par ailleurs, ces documents ont vocation à servir de support aux échanges de bonnes pratiques entre tous les animateurs préventeurs des établissements adhérents à l’OETH, via un espace dédié, ce qui est une très bonne idée ! Cela peut en effet être très utile de s’appuyer sur l’expérience de ses collègues pour trouver des solutions à des salariés en difficulté.
 

Thierry Paniz en quelques dates :

1996 : Soignant dans le foyer d’accueil médicalisé (FAM) Marc Gentilini de la Croix-Rouge française à Villeneuve sur Yonne
2009 : Reclassé à la suite d’un accident du travail ; devient animateur/formateur PRAP 2S dans son établissement
2011 : Etend ses missions, avec l’aide de son directeur puis de la région, à 59 établissements sur l’est du territoire
2017 : Devient référent national PRAP 2S ; organise des formations dans tous les établissements de la Croix-Rouge française

 

Pour aller plus loin :
Lire l'article concernant le document d'analyse de situation de travail

 

Haut de page

Inscription à la newsletter

Les champs avec une * sont obligatoire