En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Ces derniers sont nécessaires au bon fonctionnement du site En savoir plus

J'ai compris

Mardi 19 Juin, Agnès Buzin, Muriel Penicaud et Sophie Cluzel ont reçu le rapport de Dominique Gillot, présidente du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH).
Ce rapport a été réalisé dans le cadre d’une mission confiée à Madame Gillot pour trouver des solutions permettant de faciliter l’embauche et le maintien en emploi des personnes en situation de handicap.

Un rapport qui se compose en deux parties

Le rapport se décline en un « Tome 1 », dédié à la situation des personnes handicapées dans l’emploi et en un « Tome 2 », consacré à la conciliation rôle d’aidant/vie professionnelle. Il fait une large part aux témoignages concrets des difficultés rencontrées par les personnes. Il dresse des perspectives de simplification et de renforcement d’attention aux moments de fragilité identifiés dans le parcours de la personne et notamment des plus jeunes. Le rapport de Dominique Gillot met en avant 3 grands objectifs :

- Mieux informer et accompagner les personnes
- Mobiliser les employeurs et rénover les dispositifs d’accompagnement dans l’emploi
- Concilier le rôle des proches aidants et leur vie professionnelle

L'OETH un accord tourné vers l’innovation sociale et la prévention.

Dans le cadre de ce rapport Madame Gillot avait souhaité rencontrer l'OETH. Voici un extrait des conclusions formées par Madame Gillot suite à cette rencontre.

"L’OETH pour des raisons de taille a de facto une structure plus agile, plus tournée vers l’innovation sociale et la prévention que les deux autres fonds ( AGEFIPH et FIPHFP). Elle développe par exemple le dispositif d’OASIS un outil d’insertion professionnelle accompagne 120 jeunes en situation de handicap par an en alternance ou en premier emploi particulièrement dans les filières médicales et médico-sociales, participant à l’anticipation de la reconversion professionnelle des personnels soignants.

L’OETH a obtenu au terme d’un «gentleman agreement» le fléchage de 10% de ses fonds vers la prévention, alors même que le cadre juridique prévoit un financement directement dédié aux personnes handicapées. Cette logique vertueuse de meilleure prise en compte de la prévention pourrait être élargi à la logique des accords d’entreprise agrée via l’inscription de la prévention de la désinsertion professionnelle des salariés malades ou handicapés dans le programme d’action de ces accords."

Le rapport est disponible sur le site du Secrétariat d'Etat auprès du Premier ministre chargé des Personnes handicapées : www.handicap.gouv

Haut de page

Inscription à la newsletter

Les champs avec une * sont obligatoire