En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies

Ces derniers sont nécessaires au bon fonctionnement du site En savoir plus

J'ai compris

Recruter un salarié bénéficiaire de la loi handicap, c’est avant tout recruter un salarié qui a les compétences et la motivation nécessaires pour tenir le poste. Les questions relatives au handicap de la personne n’interviendront que dans un second temps.

Le Recrutement d’une personne en situation de handicap : 3 étapes clés

1/ Construire son offre d’emploi

  • L’analyse de poste

Comme pour tout recrutement, il est indispensable de procéder à une analyse de poste pour identifier les tâches, les activités liées au poste et les compétences requises. Cette analyse vous permettra d’anticiper les besoins éventuels de compensation.

Quelques exemples pour vous guider :

Temps de travail : durée, horaire, adaptation possible
Organisation des tâches : diversité / répétition
Relationnel : capacité d’écoute, travail en équipe
Physique : porte de charges, station assise/debout/piétinement…
Environnemental : travail en open space, utilisation du téléphone, lecture de documents

N’hésitez pas à solliciter votre médecin du travail pour déterminer les conditions d’exercice du poste.

  • La rédaction de l’offre

Puis-je mentionner « poste réservé aux travailleurs handicapés » dans mon offre d’emploi ?

Non, la loi ne l’autorise pas. Vous pouvez opter pour l’affichage d’une mention telle que : « poste ouvert aux personnes handicapées ». Elle devra alors figurer dans toutes vos offres (source : la Halde).

2/ Rechercher des candidats

En complément du réseau habituel (Pôle emploi, APEC, missions locales…), vous pouvez :

  • Contacter le réseau des partenaires spécialisés : le service dédié au handicap de Pôle emploi, Handipass, CAP EMPLOI, AFIJH, les centres de rééducation professionnelle etc.
  • Participer à des forums emploi dédiés aux personnes handicapées

3/ Mener les entretiens

  • Conseils pour préparer la rencontre

Face à un candidat en situation de handicap, il est recommandé d’exposer clairement les conditions d’exercice du poste et de l’amener à s’exprimer sur ses facultés à les gérer avec ou sans moyen de compensation.

  • Ai-je le droit d’aborder la question du handicap ?

Le recruteur ne peut pas poser de questions directes sur l’état de santé du candidat. Seul le médecin du travail est habilité à poser des questions d’ordre médical afin d’apprécier l’aptitude au poste. En revanche si le candidat vous fait part de son handicap au cours de l’entretien, n’hésitez pas à lui demander si des aménagements sont à prévoir.

OETH vous accompagne...

Vous souhaitez être accompagné dans le recrutement des personnes en situation de handicap ?

  • Bénéficiez de conseils personnalisés
    • Mise en relation avec les réseaux spécialisés Cap emploi
    • Mise en relation avec les réseaux professionnels (centres de rééducation professionnelle, établissements de formation supérieure, structures spécialisées dans la formation et l’insertion de jeunes handicapés).
       
  • Découvrez nos outils de communication
    • Guide pratique :  Recruter et intégrer en travailleur handicapé
       
  • Sollicitez les aides OETH
    • Accueil de stagiaires et formation de tuteurs : OETH participe avec Unifaf à la formation de tuteurs et intervient sur les coûts pédagogiques

 

> Pour toute question ou demande d’information complémentaire, contacter le conseiller OETH de votre région.


Pour aller plus loin…

> Visionnez les reportages :

  • une journée dédiée au recrutement

Au mois de juin, les établissement du Nord-Pas de Calais étaient invités à participer à une journée de recrutement à Liévin. Organisée conjointement par OETH et Cap Emploi, l'objectif  de cette journée est de permettre aux employeurs de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale relevant de l’accord OETH de rencontrer des candidats reconnus travailleurs handicapés souhaitant rejoindre le secteur.

  • Recruter un travailleur handicapé en contrat de professionnalisation

> Témoignages

  • Lionel Cloître, sourd de naissance, embauché en contrat de professionnalisation   +

Lionel Cloître a 37 ans. Sourd de naissance, il a pour langue maternelle la LSF (langue des signes française). Très investi dans le monde associatif de la communauté sourde, Lionel souhaitait pouvoir mettre ses compétences au service des sourds et des entendants. 

C’est dans ce contexte que Lionel a présenté sa candidature, fin novembre 2009, au poste de formateur LSF au service LSF 29, géré par l’association Don Bosco. Sa candidature a particulièrement retenu l’attention de la Direction par sa grande motivation, sa parfaite connaissance de la communauté sourde et ses expériences d’enseignement de la LSF. Toutefois, le niveau de diplôme DELSF (Devenir enseignant de langue des signes française) n’était pas suffisant pour pouvoir prétendre enseigner dans les niveaux supérieurs.

Afin de compléter son cycle d’apprentissage de la LSF, il lui a donc été proposé d’être embauché en contrat de professionnalisation et d’entrer en formation « spécialisation d’enseignement de la langue des signes française » pour valider un Diplôme de premier cycle d’université (DPCU) à l’université Paris 8.

Parallèlement, et au vu de son statut de travailleur handicapé, un dossier de demande de financement « contrat de professionnalisation » a été instruit auprès d’OETH. Le Comité Paritaire de l’Accord ayant répondu favorablement, Lionel a donc été embauché au Service LSF 29 en contrat de professionnalisation au mois de janvier 2011.

La signature du contrat de professionnalisation en CDI a permis à l’établissement de faire coïncider son besoin de recrutement avec les qualités et la motivation de Lionel pour acquérir cette nouvelle qualification, tout en répondant à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés et en bénéficiant du soutien d’OETH.

 

  • Nadine, ASH au sein d'une maison de retraite médicalisée   +

Nadine, sourde de naissance, a été embauchée par la maison de retraite en tant qu’agent des services hospitaliers. Pour faciliter sa prise de poste et son intégration dans l’équipe, la directrice de l’établissement a sollicité le financement d’OETH pour les services d’un interprète en langue des signes (LSF) au cours des premiers jours de travail.

Un an plus tard, la directrice observe une baisse de motivation chez Nadine. Parallèlement, l’équipe lui fait part des récentes difficultés de communication rencontrées avec elle. Un entretien est donc organisé entre Nadine, le Médecin du travail et la directrice qui, pour cette démarche, fait appel à l’interprète LSF. Nadine confie alors qu’elle se sent mal à l’aise lorsqu’elle est en contact avec les personnes âgées du fait de son handicap.

La directrice contacte OETH afin de connaître les possibilités d’intervention et tenter de trouver une solution à la situation. Un bilan d’évolution professionnelle réalisé par un cabinet de conseil spécialisé sur le handicap est mis en place au cours duquel Nadine, le consultant et la direction travaillent à l’élaboration d’un projet professionnel compatible avec ses aptitudes, ses restrictions médicales et les opportunités internes d’évolution au sein de la maison de retraite.

Finalement, Nadine conserve son poste d’ASH en délaissant les activités de relations sociales avec les résidents au profit des travaux d’entretien et d’hygiène. Pour développer ses compétences, la directrice inscrit Nadine à une formation « Hygiène des locaux » pour laquelle elle bénéficie des services de l’interprète qui l’accompagne tout au long du stage.

 

 

  Consulter la publication Recruter et intégrer un travailleur handicapé


Tous les champs marqués d'un astérisque * sont obligatoires.

Haut de page

Inscription à la newsletter

Les champs avec une * sont obligatoire